Compte-rendu Café philo: l’homme peut-il se passer de religion ?

Pour répondre à la question, il fallait d’abord commencer par définir ce qu’est ue religion, en essayant de déterminer les points communs à toutes les différentes formes de religions qui existent dans le monde, et qui peuvent être très diverses (monothéisme, polythéisme, animisme;..avec ou sans Livre…). Deux éléments peuvent être pris en compte : toute religion comporte des croyances et des rites qui nous mettent en relation avec du sacré. Nous avons cherché à déterminer ce qui caractérise  une croyance religieuse : elle a ceci de particulier qu’elle constitue pour celui qui la porte une certitude absolue, alors même qu’elle ne peut faire l’objet d’une démonstration, et que l’on ne peut prouver à celui qui en doute qu’il faut croire. on parlera alors d’une certitude subjective. Le rite, quant à lui, désigne un acte, une parole…etc qui se répète. Le sacré désigne alors ce domaine séparé du profane, protégé et mystérieux. L’existence du sacré suppose donc que le monde ne s’arrête pas à ce qu’on en voit, qu’il y a autre chose derrière ou au-delà.

Ainsi, une des premières réponses qui a été donnée à la question de départ est que la religion est nécessaire pour répondre à la peur de la mort et donner un sens à la vie. Cependant on a pu remarquer que la réponse religieuse, qui consiste à prolonger la vie après la mort, n’est pas la seule possible. Nous avons ainsi parlé de la théorie d’Epicure, qui est matérialiste et pense donc que l’âme ne subsiste pas après la mort, que nous n’avons pas à craindre ce qu’il pourrait y avoir après, puisqu’il n’y a rien !. Cependant la question se pose aussi de la peur d’abandonner la vie tout simplement. Il répond aussi à cela en montrant que bien vivre et bien mourir c’est la même chose, et que si la vie a été pleinement vécue, on ne regrettera pas de la quitter.

D’autre part, nous avons pu remarquer que se passer de religion suppose de se passer du besoin qui en est à l’origine : besoin d’être rassuré, besoin de bonheur ou même d’égalité, comme le suggère Marx. On peut alors se demander si ces besoins doivent être supprimés, ou si, étant légitimes, ils peuvent être satisfaits par autre chose que la religion, notamment la science. Comme nous n’avons pas eu le temps d’approfondir cette question, elle est l’objet du prochain café philo.

Il faut noter en dernier lieu que certains ont insisté sur le côté néfaste de la religion, source de violence et de conflits entre les hommes, ce qui suggère que non seulement on peut s’en passer, mais qu’il le faut !! Concernant cette violence, qu’on ne peut nier, on peut remarquer qu’elle est l’envers du lien que la religion peut créer entre les hommes : une religion lie très fortement ceux qui y adhèrent, et les oppose par là-même à ceux qui n’en sont pas. On peut regretter que les valeurs universelles, qui sont portées par les religions, ne s’expriment pas dans la vie réelle des hommes.

Publicités