Levez et serrez-vous les coudes dans les bars associatifs – Rue89 Bordeaux


Source : Levez et serrez-vous les coudes dans les bars associatifs – Rue89 Bordeaux

Boire un verre en lui donnant du sens. C’est l’objectif des bars et restaurants associatifs de l’agglo. Dans ces lieux très discrets, connus des initiés mais ouverts à tous, règne une ambiance différente des adresses cosy/branchés/design. Écouter de la zique au BB25, bouquiner au Samovar, faire du yoga au Petit Grain… Il y en a pour tous les goûts.

 

Comment reconnaît-on un bar ou un restaurant associatif ? Voici quelques indices : premièrement, on y fume. Lorsque l’on interpelle la salariée d’un des établissements sur le sujet, elle explique que « fumer est toléré pour les bars associatifs ».  Accessibles uniquement par les adhérents ils peuvent être considérés comme des cercles privés, mais pour la loi ils restent des lieux publics… Profitez-en pour aller en griller une avant qu’il ne soit trop tard.

Deuxième indice : vous n’y trouverez pas d’alcool fort. Il y est exclusivement servi des boissons sans alcool, du vin, de la bière, du cidre, du poiré, de l’hydromel et des vins doux naturels.

Troisième indice et non des moindres : ce n’est pas cher. 6€ un plat, 1€ le dessert, 2€ le verre de vin, 5€ la pinte de bière, 8€ la bouteille de vin…

Quatrième indice : tout le monde se connaît. Et enfin, ce qui fait d’un bar associatif une association, c’est qu’il a une vocation sociale ou culturelle. Expositions, ateliers, accompagnement de projets… Rue89 Bordeaux en a dénombré une quinzaine sur la métropole.

1- Les sociaux

2- Les musicaux

3- Les restos

4- Les philo (écolo, bio…)

1- Les sociaux

Le Bistrot

Appelé autrefois le « Bistrot des fous », le Bistrot est un lieu créé en 1984 par une équipe de soignants de Charles-Perrens. Les médecins se sont aperçus que les personnes qui venaient consulter souffraient d’isolement et se retrouvaient régulièrement à discuter dans la cage d’escalier du cabinet. Géré depuis 2012 par l’association Asaïs, il est toujours destiné à accueillir des personnes en souffrance psychologique, mais brasse un public plus large d’étudiants et de voisins qui y trouvent un café à 70 cts (pour les adhérents) et un accès internet à 50 cts l’heure. Son objectif est également de proposer des projets de création artistique à des personnes souvent éloignées de la culture.

  • 6, rue Ausone à Bordeaux. Lundi, mar. et mer. 14h/18h, jeudi 14h/22h45 (fermé au public entre 19h30 et 20h30) et vendredi 14h/17h. Fermeture les premiers lundis de chaque mois. Adhésion 10 € (pas obligatoire)

Réseau Paul Bert

Ce bar nous a fait l’effet d’une joyeuse auberge espagnole. Il est difficile de faire la différence entre les adhérents et les animateurs. Le réseau Paul Bert est un carrefour de rencontres entre les salariés du secteur qui viennent déjeuner (plat du jour bon et copieux à 4€), les personnes à la recherche d’un emploi qui viennent consulter les offres sur internet, les femmes qui profitent du hammam en sous-sol (8€)…

Ouvert en 2007, il est devenu un lieu d’expositions et de concerts et fait même office de label pour que les petits groupes locaux puissent enregistrer leurs maquettes.

  • 2, rue Paul-Bert à Bordeaux. Du mardi au vendredi de 8h30 à 13h30 et de 14h 30 à 18h, lundi et samedi ouverture à 11h. Adhésion 5€. 

Et aussi…

Le 7e Café

Structure d’accueil pour un public en rupture (troubles psychiques…) qui propose des activités : sorties culturelles, piscine, plage… Le lieu est géré par les adhérents, ils le font vivre et s’entraident. L’adhésion annuelle de 52€ permet de consommer gratuitement thé et café et d’avoir des réductions sur les activités.

  • 173, rue Georges-Bonnac à Bordeaux. Tous les jours sauf le lundi de 10h à 17h.

Le Zinc Pierre

Au cœur du centre d’animation Saint-Pierre, le Zinc Pierre est un lieu de rencontres social et culturel autour de rendez-vous : le Café des Pères (lundi soir), expos photos… Jeux et livres à disposition tout en buvant un petit café dans un bon canapé.

  • 4, rue du Mulet à Bordeaux. Accessible aux horaires d’ouverture du centre d’animation mardi, mercredi et jeudi de 9h à 12h30 et de 14h à 18h30 et le samedi de 14h à 18h. Chaque vendredi de midi à 14h, Les midis au zinc : cuisines, tables et chaises à disposition de tous et concerts des groupes Les caprices de Marianne, Les ricochets sonores, Einstein on the beach et du conservatoire Jacques Thibaud. Tous les mardis soirs : café langues.

2- Les musicaux

Le BB25

Quand on y pénètre (avec sa carte de membre, uniquement), on est aussitôt happé par l’atmosphère tranquille du lieu. Avec tous ses canapés et cette ambiance salon, le BB25 est idéal pour y passer sa deuxième partie de soirée au son d’une musique soul, rock, jazz, bossa nova… Les vendredis et samedis, la cave accueille Dj, concerts et vernissages. Il est possible de louer le site pour des soirées privées.

  • 25, rue Bouquière à Bordeaux. Lundi et mardi de 14h à 19h, mercredi et jeudi de 14h à 19h et de 22h à 3h30 et le vendredi et samedi de 22h à 3h30. Adhésion 5€. Boissons entre 1€ et 3,50€.

Le cercle des poètes disparates

Le cercle des poètes disparates (photo OD/Rue89 Bordeaux)

On y danse, on y danse. Mais sur quoi me direz-vous ? Le rock et les années 80 sont la marque de fabrique du cercle. Les six bénévoles qui le font vivre organisent une scène ouverte slam tous les deuxièmes vendredis du mois et sont attachés à promouvoir les jeunes artistes en acoustique.

  • 4, rue Gratiolet à Bordeaux. Du mercredi au samedi de minuit à 6h. Adhésion 5€ et boissons entre 2€ et 5€.

L’antirouille

Labellisée Scène de Musiques actuelles et membre de la SMAC d’agglomération de Bordeaux (comme le Krakatoa, le Rocher de Palmer et la Rock School Barbey), l’association AREMA Rock et Chanson à Talence (33), qui gère la salle, défend depuis 1985 un projet de démocratisation des pratiques musicales par le biais de la promotion et de l’accompagnement des amateurs et des professionnels. Dans sa salle de concert intimiste, elle accueille une à deux fois par mois des groupes régionaux émergents pour des concerts de découverte gratuits.

  • 181, rue François-Boucher à Talence. Lundi de 14h à minuit, du mardi au vendredi de 10h à minuit et le samedi de 10h à 18h

Et aussi…

Les lectures aléatoires

A deux pas de la place de la Victoire, ce bar semble être le repaire des étudiants. Les maîtres des lieux exposent le concept en une phrase « café concerts, théâtre, jeux, et d’autres trucs super faits par des gens super ». Besoin d’en savoir plus ? Allez-y.

  • 19, rue des Augustins à Bordeaux. Du mardi au samedi de 16h à 2h.

Au chat qui pêche

Ouvert depuis 1999, le Chat qui pêche fait partie des doyens des bars associatifs de Bordeaux. Il es né de l’envie d’un groupe d’amis d’assister à des concerts gratuits. Plus de quinze ans et  250 adhérents plus tard, le Chat qui pêche organise deux à trois concerts par semaine.

  • 50, cours de la Marne à Bordeaux. Du jeudi au samedi dès 22h.

L’antidote

Installé près des Capus, ce bar mêle concerts reggae, rock ou punk, expos photos, peintures et sculptures.

  • 13 bis, rue Elie-Gentrac à Bordeaux. Mardi et mercredi de 18h30 à 12h et du jeudi au samedi de 18h30 à 2h.

 

3- Les restos

Le petit grain

Le petit grain (photo OD/Rue89 Bordeaux)

Créé en juin 2012 par l’association des habitants du quartier Yakafaucon, le petit grain est devenu un rendez-vous incontournable. Bien calé dans son petit écrin de verdure qu’est la place Dormoy, ce site est né d’un projet de citoyens désireux de créer du lien social. Il est une sorte de pépinière destinée à ceux qui ont des projets dans leurs cartons. Ateliers (yoga, tricot, cours de langue), organisation de randonnées, groupements d’achats… Toutes les activités du petit grain sont le fruit d’une envie des habitants du quartier de s’engager.

« Nous sommes surpris du résultat, il y a toujours plus de gens qui montent des projets, la dynamique ne s’essouffle pas », constate Céline, une des salariées de l’association.

L’ambiance y est très familiale et le programme est chargé. Dans la semaine, les visiteurs enchaînent co-cuisine, débats, concert, jardinage… Même les 10-14 ans ont le droit à leur accompagnement de projets. Une vraie mine d’or pour les personnes en quête d’animation et de rencontres.

Et bien sûr, on y mange et on y boit. Pour déguster un repas co-cuisiné au préalable, il est impératif de réserver car les places sont chères. Contrairement au repas pour lequel il faudra compter 6€ pour l’assiette, 2€ pour un dessert, 2€ pour le vin et 1€ pour le café. Tous les prix sont « à partir de » car si vous souhaitez donner plus, personne ne vous en empêchera.

  • 3, place Dormoy à Bordeaux. Mardi et mercredi, 10h-20h (repas midi uniquement), jeudi et vendredi jusqu’à 21h (repas midi et soir).Sandwichs (3€) maisons servis sur place le midi jusqu’à 15h du mardi au vendredi Adhésion à partir de 2€.

L’assiette musicale

L’assiette musicale (photo OD/Rue89 Bordeaux)

Premier conseil pour découvrir ce lieu : allez-y tôt car les quelques tables à l’intérieur et les deux autres en terrasse (sur le trottoir, quoi !) sont rapidement prises d’assaut par les habitués – des étudiants, des hipsters et d’autres clients plus âgés. En même temps, c’est une institution en place depuis 17 ans.

Alors ici, on rentre, on commande une bouteille de vin à 8€, on jette un œil à l’ardoise aux plats assez variés (en l’occurrence, le jour où Rue89 Bordeaux y a dîné : gigot, millefeuille de légumes, velouté de roquette, lasagnes épinards et fourme d’ambert et boudin béarnais). Le repas est fait maison et sous nous yeux. La « cuisine » est dans le restaurant. Pour 25€ à deux, vous avez une bonne ambiance rythmée par les embrassades et les entrées et sorties des clients, car le lieu semble être un point de rendez-vous.

  • 55, rue Bouquière à Bordeaux. Ouvert du mercredi au samedi soir.

Et aussi…

Le radis noir

Même esprit qu’au petit grain, on y mange, on y boit et on s’y approvisionne car le radis noir est aussi une épicerie. Surtout, on s’y investit. Ce lieu est également le fruit d’habitants du quartier qui se bougent, il accueille concerts, initiations aux échecs, lectures de textes… Les petits plus dans le désordre : le coiffeur qui vient une fois par mois (21€ pour les femmes et 14€ pour les hommes), le dépannage informatique et le composteur collectif. Adhésion 5€ (enfants/ados 1€)

  • 37bis, rue Pauly à Bègles. Du mardi au vendredi de 10h à 14h30 et de 18h à 20h mercredi et vendredi.

4- Les philos (bio, écolo…)

Le Samovar

Quel goût pourrait bien avoir une tisane locale à l’esprit alternatif  ? Vous le découvrirez au Samovar. Ici, la démarche écologique prime : les tisanes sont bio et les repas sont végétariens. Et pour le goûter, laissez-vous tenter par une petite sucrerie : tartes sucrées, pâtisseries, crêpes et muffleines (un mix entre un muffin et une madeleine) entre 1€ et 3€ et par une tisane ou un thé à partir de 2€. Et s’il n’y a plus rien à manger ? Un cahier des recettes vous attend dans la cuisine.

Pendant que vos copains font la popote, vous pouvez découvrir la bibliothèque des lieux, tendance alternative, avec notamment des éditions rares des penseurs de l’écologie politique. Ici tout est possible : lire sur place, emprunter ou acheter à prix libre. Pour info, le lieu est autogéré, il n’y a que des bénévoles et – par souhait et idéologie –, il ne perçoit aucune subvention, alors n’hésitez pas à vous y investir.

  • 18, rue Camille-Sauvageau à Bordeaux. Du vendredi au dimanche de 14h à 20h.

 

 

 

 

Publicités

A propos lecafepluche

le Café Associatif à Combéranche et Epeluche
En passant | Cet article, publié dans Actualités, InterComm, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.